Les clés pour anticiper au service des élus, des CE et des CHSCT

Allongement de l’espérance de vie n’est pas égal à allongement en bonne santé

Publié en octobre 2013

Le gouvernement a transmis début septembre au Conseil d’État son projet de loi de réforme des retraites, qui prévoit entre autre l’allongement de la durée de cotisation à 43 ans. Une nouvelle fois, dans le débat sur la pérennité du système de retraite, l’on nous ressert le sempiternel : « la durée de vie augmente, il faut donc travailler plus longtemps ».

L’espérance de vie dépend du progrès social

D’un point de vue historique, l’allongement de l’espérance de vie n’a rien d’automatique. Durant un siècle, ce sont les guerres qui avaient produit des reculs de l’espérance de vie. Au cours du 20ème siècle sous l’effet de l’amélioration considérable des soins et des modes de vie, sa progression n’avait cessé. Mais des politiques de régression sociale peuvent avoir un effet inverse. La Russie en est un exemple spectaculaire, où entre 1989 et 1995, l’espérance de vie des hommes a reculé de près de 10 ans. Dans une moindre mesure en 2010, pour la première fois depuis 25 ans, l’espérance de vie aux États-Unis a très légèrement diminué. En cause : les modes de vie, tabagisme, obésité, pollution atmosphérique… dans un pays où le système de soin est le plus couteux et manque d’efficience. Le même avatar est possible en France compte tenu du chômage, de la dégradation des services publics, de la stagnation du pouvoir d’achat.

Distinguer durée moyenne de vie et espérance de vue en bonne santé

Le temps n’est pas si loin, avant 1981 à l’époque de la retraite à 65 ans, où nombre de salariés n’ont jamais pu bénéficier de leur retraite ou très peu de temps. Partir à la retraite suffisamment tôt est une nécessité pour profiter de la dernière partie de sa vie en souffrant moins et sans passer directement du travail salarié à la tombe, comme c’était le cas autrefois.

En France, si l’espérance de vie à la naissance a nettement augmenté (70,2 ans pour les hommes, 78,4 pour les femmes en 1980 à respectivement 78,0 et 84,7ans en 2010) cet indicateur ne représente « qu’un cas de l’espérance de vie». C’est pourquoi d’autres indicateurs plus proches de la réalité ont été développés pour répondre à la question : « Vit-on plus longtemps mais aussi plus longtemps en bonne santé ? L’indicateur « d’espérance de vie en bonne santé (AVBS ou EVSI) permet d’ajouter une dimension de qualité de vie au nombre d’années vécues.

En France, comme dans d’autres pays européens; « l’espérance de vie sans incapacité » (EVSI) a commencé à décliner en 2006 et a chuté d’environ un an entre 2008 à 2010, passant de 62,7 ans à 61,9 ans d’espoir de durée de vie sans incapacité pour les hommes ; et de 64,6 ans à 63,5 ans pour les femmes (INSERM, « Vieillir en bonne santé : de fortes disparités entre les pays européens » et INSERM dernières données sur l’espérance de vie en bonne santé dans les 27 pays de l’UE -2012).

Comme l’indique Jean-Marie Robine, l’un des auteurs de l’étude de l’INSERM dans les pays comme la France où l’espérance de vie était déjà élevée, « les gains d’années de vie se font aux âges les plus élevés, donc lorsqu’on est en moins bonne santé ». Mais l’OCDE qui inspire les politiques libérales fait un autre choix en établissant ses projections de manière comptable sur la durée attendue de versement des pensions entre l’âge de la retraite et la durée moyenne de vie. Autrement dit, peu importe l’état de santé dans lequel on peut profiter de sa retraite, ce qui compte c’est le niveau de dépense.

 La fabrication de retraités pauvres

Le très officiel Conseil d’orientation des retraites (COR) le dit : « l’âge moyen de cessation d’activité est à peine supérieur à 59 ans et une majorité de salariés sont hors emploi (chômage, invalidité, inactivité, ou dispense de recherche d’emploi) au moment de liquider leur retraite ». On se demande bien pourquoi ! Ce qui n’empêche pas les pouvoirs publics de claironner que si on vit plus longtemps, c’est normal de travailler plus longtemps.

Ainsi, au vu du marché du travail, il sera de plus en plus difficile de réunir les annuités nécessaires pour une pension à taux plein. Un bon moyen de réduire le déficit des retraites sans jamais s’attaquer au chômage de masse et à l’amputation qu’il représente en matière de cotisations. Mais aussi, un triste système pour produire massivement des retraités pauvres.

Groupe Apex – Isast

32, rue de Chabrol 75010 Paris
Tél. 01 53 72 00 00 – Fax 01 53 72 00 01

Nantes Rennes Montpellier Lille Lyon Grenoble
5, rue Le Nôtre
44000 Nantes
Tél. 02 51 82 82 38
Centre d’affaires Alizés
22, rue de la Rigourdière
35510 Cesson-Sévigné
Tél. 02 99 83 53 98
117, avenue de Palavas
34070 Montpellier
Tél. 04 67 06 96 55
36, rue Inkerman – Gounod V
59000 Lille
Tél. 03 20 15 86 19 – Fax 03 20 15 83 66
Immeuble Le Mercure
94, rue Servient
69003 Lyon
Tél. 04 37 48 29 80
45, avenue Alsace Lorraine
38000 Grenoble
Tél. 04 76 20 33 10 – Fax 04 38 12 93 58

Envoyer un message
Les champs marqués * sont obligatoires

Prénom

Nom

Tél. *

e-mail *

Entreprise

Votre message

Fermer