Les clés pour anticiper au service des élus, des CE et des CHSCT

Démocratie politique et démocratie sociale

Publié en janvier 2017

À l’approche des élections présidentielles, c’est devenu presque une coutume pour certains candidats de mettre en cause le rôle des syndicats. L’argument sous-jacent est que le dialogue social est d’autant plus efficace qu’il se situe au plus près du terrain, c’est-à-dire l’entreprise.

Or cette « oeuvre » de délégitimation ignore ce même terrain sur lequel elle prétend s’appuyer. Les dernières enquêtes de la Dares indiquent que le taux de syndicalisation en France n’est pas le chiffre de 8% qui circulait largement mais de 11%, un taux stable depuis le milieu des années 90.Pendant la même période, l’audience des partis politiques n’a cessé de s’éroder. La CGT ou la CFDT rassemblent chacune davantage d’adhérents que l’ensemble des partis politiques. À chacun de juger des légitimités respectives. Pour revenir au fameux terrain, le taux de signature des accords en entreprise demeure élevé : 84% pour la CGT, 89% pour la CFTC, 90% pour FO, 92% pour la CFE-CGC et 94% pour la CFDT. Ce sont ainsi plus de 36.000 accords qui sont signés annuellement dans les entreprises. Les syndicats et les « nombreuses » pages du Code du travail n’auront pas été visiblement un frein au dialogue social. Pourquoi alors détricoter le droit du travail et bouleverser la hiérarchie des normes ? Qu’y a-t-il donc à débloquer dans le dialogue social pour que la loi (Marcron, Rebsamen et El Khomri pour les plus récentes) et les candidats y consacrent tant d’énergie, alors qu’il y a mieux à faire sur le front de l’emploi ? Pourquoi passer par la procédure du référendum qui peut s’assimiler dans certains contextes à du chantage ? Pourquoi la loi Marcon a-t-elle fait l’impasse sur une autre loi (la loi Larcher) qui stipule que tout projet de réforme doit faire l’objet d’une concertation préalable avec les organisations syndicales ?

Nous vous proposerons au fil des prochaines semaines, quelques pistes d’action et de réflexion, pour les salariés, leur emploi et leurs conditions de travail.

Groupe Apex – Isast

32, rue de Chabrol 75010 Paris
Tél. 01 53 72 00 00 – Fax 01 53 72 00 01

Nantes Rennes Montpellier Lille Lyon Grenoble
5, rue Le Nôtre
44000 Nantes
Tél. 02 51 82 82 38
Centre d’affaires Alizés
22, rue de la Rigourdière
35510 Cesson-Sévigné
Tél. 02 99 83 53 98
117, avenue de Palavas
34070 Montpellier
Tél. 04 67 06 96 55
36, rue Inkerman – Gounod V
59000 Lille
Tél. 03 20 15 86 19 – Fax 03 20 15 83 66
Immeuble Le Mercure
94, rue Servient
69003 Lyon
Tél. 04 37 48 29 80
38 Cours Berriat
38000 Grenoble
Tél. 04 76 20 33 10 – Fax 04 38 12 93 58

Envoyer un message
Les champs marqués * sont obligatoires

Prénom

Nom

Tél. *

e-mail *

Entreprise

Votre message

Fermer