Les clés pour anticiper au service des élus, des CE et des CHSCT

La martingale de l’auto-entrepreneur

Publié en février 2016

Français, devenez auto-entrepreneur !

Voici le dernier exemple des dégâts commis par l’idéologie entrepreneuriale. Un sondage récent (Opinion Way), fortement mis en avant par les Echos, conclut que 37% des Français souhaiterait « créer sa propre entreprise ». Ce refrain a été mis en avant par tous les gouvernements depuis 25 ans pour faire croire que l’on peut surmonter le chômage par l’aventure collective de l’auto-entrepreneuriat.

37% des Français donc… Ce qui fait prudemment 10,7 millions de personnes à partir d’une population active de 29 millions. Selon le même sondage, les sondés se proposeraient parmi leur choix de se lancer à 40% dans les chambres d’hôtes, à 27% dans le commerce de proximité, à 28% dans des métiers de « consultants » et à 17% dans des activités de type plateforme collaborative ou de type Uber.

Dans le cadre du projet de loi dit « Noé », acronyme de  » nouvelles opportunités économiques », le ministre de l’Economie n’a-t-il pas déclaré à propos de l’entreprise individuelle : « Quand on est jeune, ou moins jeune, quand on a connu la précarité économique et sociale, quand le quotidien est une galère, on demande d’avoir le droit d’accéder à des opportunités, d’avoir le droit de prendre des risques, de choisir sa propre vie. Ça sert à ça la microentreprise, c’est pour ça que c’est économiquement essentiel, moralement et politiquement essentiel ».

La pleine réussite de cette volonté de dé-salarier les gens et surtout de faire croire que c’est une alternative crédible au chômage déboucherait donc, si l’on adhère à la croyance des sondages, à quelques 4 millions d’établissement de chambre d’hôtes supplémentaires, ou à près de 3 millions de nouveaux commerces de proximité (quand on sait la difficulté des commerces individuels existant à survivre), ou à 2,5 millions de « consultants » en plus sur le marché des services (quels services ?) ou encore à près de 2 millions d’entrepreneurs nouveaux sur le Web… Des emplois très salutaires, n’est-ce pas, pour un pays qui manque cruellement de services publics de qualité ou d’emplois industriels !

Notre ministre Macron, qui doit aimer les chiffres, devrait éclairer ses concitoyens sur son « droit à choisir sa propre vie ». En effet, à la fin mai 2014, le réseau des Urssaf dénombrait près de 984.500 auto-entrepreneurs. Près d’ un sur deux n’avait pas réalisé de chiffre d’affaires au 1er trimestre ! Et pour les « chanceux », près de 45 % de ces chiffres d’ affaires étaient toutefois inférieurs à 1 500 €.  Selon l’ACOSS, le chiffre d’affaire trimestriel moyen était de 3.330 dans l’informatique, de 3.392 dans l’enseignement, de 2.415 dans la coiffure et les soins, de 4.022 dans l’hébergement… En moyenne pour des activités de ce type, cela fait un revenu moyen mensuel de l’ordre de 1.000 euros avant charges et investissement !

Bien que l’on sache combien un emploi salarié est aujourd’hui souvent précaire, voilà qui devrait refroidir les passions. Car, pour beaucoup de gens ce choix est celui de l’angoisse quotidienne et de l’espoir déçu. Mais aussi une manière de ne plus se compter pour quelques temps dans les statistiques du chômage.

Mais, le ministre, qui le sait, continue pourtant de valoriser cette voie, au nom de l’aventure et de la liberté. Et du baratin idéologique.

Groupe Apex – Isast

32, rue de Chabrol 75010 Paris
Tél. 01 53 72 00 00 – Fax 01 53 72 00 01

Nantes Rennes Montpellier Lille Lyon Grenoble
5, rue Le Nôtre
44000 Nantes
Tél. 02 51 82 82 38
Centre d’affaires Alizés
22, rue de la Rigourdière
35510 Cesson-Sévigné
Tél. 02 99 83 53 98
117, avenue de Palavas
34070 Montpellier
Tél. 04 67 06 96 55
36, rue Inkerman – Gounod V
59000 Lille
Tél. 03 20 15 86 19 – Fax 03 20 15 83 66
Immeuble Le Mercure
94, rue Servient
69003 Lyon
Tél. 04 37 48 29 80
45, avenue Alsace Lorraine
38000 Grenoble
Tél. 04 76 20 33 10 – Fax 04 38 12 93 58

Envoyer un message
Les champs marqués * sont obligatoires

Prénom

Nom

Tél. *

e-mail *

Entreprise

Votre message

Fermer