Les clés pour anticiper au service des élus, des CE et des CHSCT

PSA-Aulnay. Un système qui déraille

Publié en juillet 2012

S’il n’y avait pas en jeu le sort de milliers de salariés, l’affaire PSA serait presque ironique, car elle illustre toutes les hypocrisies passées, et malheureusement à venir, concernant la défense des emplois industriels.

  • Du discours présidentiel des états généraux sur l’industrie de mars 2010 qui promettait (tenez-vous bien chers lecteurs !) une augmentation de 25% de l’activité industrielle d’ici 2015, la pérennisation de l’emploi, et un gain de plus de 2% de la part française dans la production industrielle européenne !
  • De tous les tenants d’une Europe, pure zone de compétition et de libre-échange qui, pendant 25 ans, ont fait mine de croire à son innocuité en matière de développement économique et social.
  • De tous les naïfs qui pensaient pousser leurs « champions nationaux » (dont PSA) à devenir de parfaits prédateurs de la mondialisation sans que ceux-ci ne remettent jamais en question leur attachement à la « défense du maillot ».
  • De tous ceux qui ont fait semblant de ne pas entendre ce que leur annonçaient les salariés d’Aulnay et leurs organisations syndicales, ainsi que ceux de Sevelnord près de Valencienne, et bien d’autres tout au long des cascades de sous-traitance.

Voici donc les résistants de la onzième heure qui s’agitent, gesticulent, discourent et même menacent, un peu comme Don Quichotte menaçaient les moulins.

La quête d’une dimension mondiale

Le 26 novembre 2011, le Journal des Finances se demandait si  PSA n’avait pas été« trop « bon citoyen » en délocalisant beaucoup moins et plus tard que Renault ». Ah l’impatience légendaire de la Finance !! Il suffisait d’attendre quelques semaines à peine pour que le partenariat stratégique avec Général Motors soit annoncé et que d’emblée la question de leurs surcapacités industrielles conjointes en Europe soient montrée du doigt. C’est désormais un milliard et demi d’économies qui est attendu grâce aux synergies.

Le Journal des Finances croyait-t-il vraiment un instant que la « malheureuse » direction de PSA était encore sous l’emprise d’une mauvaise conscience patriotique ?  Sans doute pas. Mais prêcher le faux pour savoir le vrai est assez courant parmi les analystes financiers. D’autant qu’il faudrait être un peu niais pour confondre le désir incontestable de la famille Peugeot de conserver la majorité du capital (tout en l’ouvrant à General Motors) avec une volonté de conserver le caractère « français » du groupe. Les deux choses n’ont évidemment rien à voir et la « citoyenneté » de la holding familiale ne se matérialise plus que dans les retours d’ascenseurs qu’elle doit encore parfois à la puissance publique.  Pour le reste, que vive la mondialisation du groupe !

Une mécanique infernale

Il n’est pas même nécessaire d’attendre le document officiel de la direction de PSA sur l’avenir de ses sites européens. On sait d’avance qu’on y trouvera l’argument de la crise actuelle, la contrainte d’une Europe conçue comme un ring de boxe, la nécessaire course aux marchés asiatiques, l’impitoyable concurrence mondialisée, les paris périlleux sur les nouvelles motorisations… Le dossier Aulnay, c’est la quintessence du monde tel qu’il a été construit depuis 30 ans. C’est la représentation, en miniature, de la fuite en avant d’un système.

Mais, ce que ne dira pas le document de PSA, c’est que la pérennité des emplois à Aulnay aurait nécessité d’inverser complètement la vapeur il y a bien longtemps déjà. Car Aulnay c’est aussi le condensé d’une pathologie bien connue de la concurrence marchande : s’il lui faut détruire ainsi du capital (et des milliers d’emplois au passage), ce n’est pas seulement à cause de la crise et du fléchissement conjoncturel de la demande. C’est aussi et surtout parce que la bataille du marché et du profit se joue sur le couple investissement/gains de productivité ! Or que s’est-il passé depuis 20 ans ?

  • Première séquence : constitution d’une zone de libre-échange européenne ; les grands groupes industriels se réorganisent dans ce nouvel espace, cherchent par l’investissement à optimiser cette nouvelle donne géopolitique ; rationalisation, synergies, gains de productivité…
  • Deuxième séquence : ouverture vers l’Europe centrale ; la conquête de ces marchés et l’opportunité d’y trouver une main d’œuvre qualifiée et pas chère relance l’investissement (absorption de marques locales, nouveaux sites, explosion de la sous-traitance délocalisée…) ; gains de marge, hausse des profits et des dividendes. Renault qui distribuait à ses actionnaires autour de 18% de son résultat au début des années 2000, passe à 37% en 2007 juste avant la crise. PSA qui remontait 21% de son résultat en 2003, en remonte 40% en 2007 !
  • Troisième séquence : l’histoire montre, qu’avec ou sans la crise actuelle,  cette course vers la surcapitalisation conduit immanquablement à des surcapacités de production. Autrement dit, la forme que prend la bataille pour le profit mène régulièrement à une irrationalité du dispositif productif. Et donc à des chocs sociaux considérables. Le problème n’est pas de vérifier quel est le taux de surcapacité en Europe, mais de savoir par quels mécanismes en arrive-t-on régulièrement à devoir détruire de la richesse, du savoir, des équipements, et des emplois.

L’autre aspect symbolique du cas Aulnay, c’est qu’en dépit de la répétition systématique de ces cycles, rien n’est jamais fait pour anticiper. Pire, on persiste pendant des mois, voire des années, à dire aux salariés qu’il n’y a pas de problème. Par diverses voies, on fait passer le message insidieux que c’est « plus compliqué », que peut-être ce ne sera pas sur ce site ou que ce sera moins radical… La manière dont la direction de PSA a cherché à maintenir le doute et a joué la montre jusqu’à l’accord avec General Motors est tout à fait éclairant. Ce qui ne l’empêchera pas d’alimenter positivement la rubrique« Responsabilité sociétale et environnementale » de sa prochaine plaquette financière annuelle. Aulnay, symbole d’un système qui déraille.

Groupe Apex – Isast

32, rue de Chabrol 75010 Paris
Tél. 01 53 72 00 00 – Fax 01 53 72 00 01

Nantes Rennes Montpellier Lille Lyon Grenoble
5, rue Le Nôtre
44000 Nantes
Tél. 02 51 82 82 38
Centre d’affaires Alizés
22, rue de la Rigourdière
35510 Cesson-Sévigné
Tél. 02 99 83 53 98
117, avenue de Palavas
34070 Montpellier
Tél. 04 67 06 96 55
36, rue Inkerman – Gounod V
59000 Lille
Tél. 03 20 15 86 19 – Fax 03 20 15 83 66
Immeuble Le Mercure
94, rue Servient
69003 Lyon
Tél. 04 37 48 29 80
38 Cours Berriat
38000 Grenoble
Tél. 04 76 20 33 10 – Fax 04 38 12 93 58

Envoyer un message
Les champs marqués * sont obligatoires

Prénom

Nom

Tél. *

e-mail *

Entreprise

Votre message

Fermer